A voir et à danser : agenda de juillet 2019

C'est pour bientôt !

 

< La Marbrerie >

# Maxime Echardour invite Liz Santoro et Pierre Godard le dimanche 30 juin à 11H.

Rencontre inédite, initiée par l'ensemble instrumental contemporain L'Instant donné, entre une danseuse, Liz Santoro et un percussionniste, Maxime Echardour, qui vont s'approprier leurs médiums respectifs, une partition pour la première et pour le second des mouvements de danse. Pour un partage sensible et poétique... Plus d'info >.

< La Carreau du Temple >

# Scènes Ouvertes le 3 juillet.

Pour cette fin de saison, Danse en Seine présente son dernier évènement soit une scène ouverte à 5 compagnies qui présenteront leurs créations en cours. C'est gratuit, il suffit juste de réserver auparavant par ici >.

< Paris l'été >

Anciennement dénommé Paris Quartier d'été, le festival offre comme à son habitude une belle programmation danse du 13 juillet au 3 août. A celle-ci s'ajoute cette année des ateliers, Les vendredis de la Danse, ouverts à des danseurs amateurs au niveau confirmé, avec les compagnies et les chorégraphes invités.
# Du côté des reprises, si vous ne connaissez pas la Batsheva et le Gaga, c'est l'occasion d'aller à la rencontre de cette danse et du chorégraphe Ohad Naharin qui en est l'initiateur et qu'il semble difficile d'ignorer depuis qu'un film, Mr Gaga, lui a été consacré. Avec la pièce Decadance interprétée par le Young Ensemble de la Batsheva c'est comme la quintessence de 20 ans de créations du chorégraphe qui nous est présentée. Vivement recommandée, d'autant plus que l'Opéra de Paris a inscrit cette même pièce dans sa programmation d'ouverture de saison en septembre prochain avec les danseurs de la vénérable institution. Courrez donc voir Decadance dans sa version - Batsheva - native !
# Christian Rizzo reprend D'Après une histoire vraie, une pièce exclusivement masculine pour huit danseurs mariant danse folklorique ré-inventée et percussions rock/tribales avec deux batteurs sur scène. Une puissance certaine...
Christian Rizzo

# Du côté des spectacles gratuits, Kadder Attou offrira avec ses danseurs de hip hop, une création orchestrée par les musiciens de l'Orchestre des Champs-Elysées sur les partitions du Requiem et de Don Giovanni de Mozart dans le plus bel écrin qui soit, à savoir le parvis de la Pyramide du Louvre durant trois soirs de suite.
# Le festival met également à l'honneur la Xie Xin Dance Theater, compagnie chinoise de danse contemporaine avec laquelle a collaboré Sidi Larbi Cherkaoui.
Pour consulter l'ensemble de la programmation c'est par ici >. 

< Opéra de Paris - Bastille >

# Tree of Codes de Wayne McGregor jusqu'au 13 juillet à l'Opéra Bastille.

Une fois n'est pas coutume, signalons la programmation de juillet de l'Opéra de Paris qui propose des tarifs réduits pour la pièce Tree of Codes de Wayne McGregor sur une musique de Jamie XX et dans une scénographie du plasticien Olafur Eliasson. L'occasion de profiter d'un bon placement à l'Opéra Bastille à tarif réduit. Info par ici >. Pour se faire une idée avant d'y aller on pourra lire la critique de Amelie Blaustein Niddam dans le web magazine Toute la culture.

Wayne McGregor


 

C'était hier !

 

< Atelier de Paris / CDCN >

# 9000 pas in Situ de Joanne Leighton et la compagnie WLDN.

Le festival danse de l’Atelier de Paris / CDCN débutait ce 1er juin avec la chorégraphe Joanne Leighton et Walk, soit 4 marches ouvertes à tous au départ de Paris en des Points différents pour rallier le Palais de la Porte dorée où était donnée en soirée sa pièce 9000 pas in situ. Pour l'occasion la gigantesque place des fêtes du Palais accueillait un plateau central autour duquel était installé le public. Six interprètes entreront et sortiront régulièrement de ce plateau pour fouler aux pieds, de marches précises et sans cesse renouvelées, un sol totalement recouvert de sel blanc. Marches qui s’accordaient parfaitement à la partition Drumming de Steve Reich, déclinées à l’infini dans des formes circulaires, seul ou à plusieurs, pas de deux qui se croisaient et se transformaient en alignement aussitôt dissous. Poétique du mouvement le plus simple et de la rencontre de l'autre organisée pourtant selon des principes géométriques et mathématiques. Tout à fait réjouissant.


Joanne Leighton
La soirée s'est poursuivie sur le parvis du Palais où les danseurs de la compagnie après avoir dansé sur Clapping Music de Steve Reich invitèrent le public à se joindre à eux pour une marche circulaire calquée sur la suite arithmétique de Fibonacci.
clapping music steve reich

# Arise de Christian et François Ben Aïm à la Sainte Chapelle du Château de Vincennes.

Après Tatiana Julien l'année précédente, Monuments en mouvement s'associait une nouvelle fois à l'Atelier de Paris pour offrir l'écrin de la Sainte Chapelle à la création des Frères Ben Aïm en clôture du festival June Events. C'est accompagnés du musicien et chanteur Piers Faccini qui ouvrit magistralement acapella la pièce Arise que les 2 frères et le très longiligne danseur Louis Gillard prendront possession de la magnifique nef gothique. Les spectateurs assis à même le sol pour nombre d'entre eux purent assister au plus près à une chorégraphie à la fois âpre et tout en abandon, au plus près du sol avec Louis Gillard alors que les 2 frères semblaient nous indiquer dans des mouvements de spirale qu'il était aussi question d'élévation comme le suggère d'ailleurs le titre de cette création : Arise comme surgir, s'élever, se manifester, etc. Une pièce brillante dont la qualité poétique tient tout autant à la chorégraphie, aux interprètes, à l'accompagnement musical et à la magie du dispositif in situ. Un très beau moment.